Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Version  XML 
Marque-page

Oniros ?
Oniros est un joueb que j'ai créé pour accueillir l'écriture de nouvelles, que ce soient les miennes ou les votres ...





Anise (Chapitre 2)

 

Il pleut ...

Il y a les jours gris, les jours de pluie où les pas des gens deviennent plus rapides qu'ils ne le sont déjà. Anise laisse ces jours-là l'imbiber jusqu'à l'os, jusqu'à ce qu'elle sente le vent froid mordre sa peau humide. Alors elle a un peu plus l'impression que les botines qu'elle pose dans les flaques sont bien les siennes, que les mains qui glissent le long des barrières lui appartiennent, que ce corps qui frissonne, transi, est bien sien.

Parce que si souvent Anise n'est qu'une fille parmi les autres et qu'elle n'est plus bien sûre d'être spectatrice ou actrice de tout ça. La plupart du temps la main écrit, la bouche marmone, le corps se meût mais l'esprit est étranger à tous ces gestes qui dessinent d'étranges et incohérentes arabesques. Comme si tout cela avait été écrit avant même qu'elle l'exécute, un manège sans fin où l'habitude serait sa monture.

Comme tous les matins Anise suit la ligne invisible qui relie nulle part à ailleurs, qui relie chez elle à l'école privée; elle ferme les yeux et écoute à la recherche du silence entre les bruits de toutes ces gouttes qui tombent, juste un tout petit refuge de silence pour s'y arrêter et y placer une pensée qui ne sera pas emportée dans le flot tumultueux de toutes celles qui s'arrêtent sur chaque détail que ses sens alertes effleurent, mais en vain ... dans ce monde le silence n'existe que là où l'homme est absent et où la nature se repose.

Ses mains suivent les murs, et peu à peu Anise retrouve un peu de cet isolement dans l'aveuglement qu'elle s'impose, un peu de son monde confiné où tout est plus simple, où il ne faut pas croiser le jugement de tous ces regards qui balayent le trottoir devant eux, où il ne faut pas voir toutes ces enseignes qui vendent le monde en petits bouts ...

Le tissu colle, les cheveux lèchent son visage, des raz-de-marée remontent dans ses chausses et c'est tout son corps qui frémit tandis qu'elle lâche le mur pour s'envoler dans ce grand espace inconnu qui s'ouvre à son imaginaire ...

Elle s'envole, vole et plus rien n'a d'importance, loin de ce qui gît derrière, loin de ce qui l'attend devant ...

Mais soudain le noir qui l'entoure se déchire en deux points lumineux, un hurlement retentit et la douleur dévore ses membres, explose en elle et s'empare de chaque parcelle de sa conscience avant qu'elle ne se sente happé par un gouffre vertigineux où seul le brouhaha la poursuit encore avant de s'estomper lui aussi ...

Son petit corps brisé gît mollement sur la chaussée, replié sur lui-même, poupée désarticulée que bientôt emporte un cortège de gyrophares et de sirènes ...

 

Ecrit par Songe, le Mercredi 8 Décembre 2004, 23:30 dans la rubrique "1-Anise".


Commentaires :

  Lissadell
09-12-04
à 14:27

Bonjour Songe,
décidément j'aime vraiment beaucoup :-)
Bises !
Lissadell

  pikachoo
09-12-04
à 21:58

mais faut regarder avant de traverser...

intensité d'émotions... mon coeur est touché.
moua aussi j'aime vraiment beaucoup

  Songe
10-12-04
à 09:55

Re:

Heureux que ça te plaise :D !

Bises

Songe


  Songe
10-12-04
à 09:56

Re: mais faut regarder avant de traverser...

Je suis vraiment content que ça plaise parce que je suis un peu novice dans l'écriture de nouvelles ...

Merci :) !